Candidature Territoire d'Innovation de Grande Ambition (TIGA)

Champs du possible, Villes du futur : l'agriculture au service des habitants.
La candidature Sud Alsace au PIA TIGA

Lauréats du projet national « Territoire d’Innovation de Grande Ambition » (TIGA) et réunis au sein du même consortium, plus d’une trentaine d’acteurs institutionnels, économiques, scientifiques, agricoles, associatifs du Sud Alsace ont élaboré un partenariat global permettant, via vingt projets innovants, de relier les espaces ruraux, urbains et périurbains et de préserver durablement les ressources (sols et eau).

Rattaché au Programme d’Investissement d’Avenir (PIA) et porté par le Secrétariat Général pour l’Investissement et la Caisse de Dépôts, TIGA est un appel à manifestation d’intérêt dont la candidature est coordonnée par Mulhouse Alsace Agglomération (m2A).

 Découvrir le site dédié à la démarche TIGA dans le Sud-Alsace :
tiga-sudalsace.fr

Une triple ambition pour le territoire

1. Innover en se fondant sur les ressources du territoire : l’eau, les sols et les habitants, acteurs et consommateurs

2. Relier les espaces ruraux, urbains et périurbains grâce aux ressources agricoles

3. Construire collectivement un territoire en croissance et qui se régénère

C’est une ambition stratégique pour le territoire d’innover en se fondant sur les ressources primaires du territoire (l’eau, les sols, les hommes), de construire ensemble un territoire qui se reconstitue, c’est-à-dire en croissance et en même temps en régénération, et relier les espaces ruraux, urbains et péri-urbains grâce à la ressource primaire agricole.

Une vingtaine de projets, 4 grands axes de développement

1. Les productions durables avec :

· Une agriculture, tenant compte des ressources (les sols, l’eau) et de la santé des habitants
· Des pratiques agricoles ayant moins d’impact sur l’environnement
· Une qualité et une diversité de productions assurant la soutenabilité économique pour les agriculteurs

2. Les technologies innovantes :

· Créer de la valeur par des procédés agricoles en lien avec les nouvelles technologies et pratiques ainsi que des modèles économiques innovants
· Créer des lieux « totems » (sites de référence) constituant des pôles d’expérimentation dédiés à l’agriculture

3. L'autonomie alimentaire :

· Développer des circuits logistiques et de distribution réunissant tous types d’acteurs
· Organiser des circuits courts entre territoires ruraux et urbains
· Favoriser la réappropriation de l’alimentation par les habitants

4. L'agriculture réparatrice :

· Favoriser la dépollution des friches par le végétal
· Valoriser les déchets agricoles qui deviennent des ressources
· Créer une économie circulaire complète, du champ au champ en passant par les industries locales

 

Au total, ce sont plus de vingt projets et actions qui portent cette ambition et qui sont engagés dans cette candidature collégiale du Sud Alsace.
Ces projets associent agriculteurs, collectivités, entreprises, centres de recherche, enseignement supérieur sans oublier les habitants du territoire.

Ce qui caractérise encore plus cette candidature, parmi les 3 autres lauréats du Grand Est, c’est sa dimension territoriale de Colmar jusqu’au Sundgau et des vallées sous-vosgiennes à la bande rhénane et emporter ainsi de nombreux acteurs (dont les différentes collectivités) dans une mobilisation collective : c’est une première dans notre région !

Partenaires institutionnels

La Région Grand Est et son Agence Régionale d’Innovation, les communautés de communes et d’agglomération de Colmar, Guebwiller, Mulhouse, Saint-Louis, Sundgau, Sud Alsace Largue, le Pays Thur Doller, le Conseil Départemental du Haut-Rhin, l’Université de Haute-Alsace, la Coopérative Agricole de Colmar, l’INRA, RITTMO Agroenvironnement, la Chambre d’Agriculture, l’Agence de l’Eau...

Partenaires privés :

Sud Alsace Transition, SALSA, OPABA, Laboratoire Chrono-environnement, CRISTAL, Agrivalor, Biophenol, CALEO, IRSTEA, Sous les Fraises, Domi Conus, SADEF, Crédit Agricole Alsace Vosges, Satt Connectus Alsace, Systencia et consortium chanvre, ainsi que des structures associatives dans les secteurs de l’agriculture et de l’alimentation…

 

Les partenaires TIGA

 

Quelques exemples de projets

 

Découvrez une sélection de projets porteurs, symboles de la dynamique PIA TIGA Sud Alsace et présentés au travers de 4 grands axes de développement : les productions durables, les technologies innovantes, l’autonomie alimentaire et l’agriculture réparatrice.

Les productions durables

Projet : organiser les systèmes de cultures 

Objectif principal : réduire la quantité d’engrais, de pesticides et d’eau, tout en préservant le revenu de l’agriculteur
 
Actions :
· revoir l’organisation de semis et de plantations diversifiés,
· étudier les sols et adapter les cultures en fonction des sols : modéliser, cartographier, expérimenter
· être en adéquation avec les besoins des consommateurs du Sud Alsace

Projet : création d’un label agricole 100 % local pour le consommateur

Objectif principal : reconstituer totalement une filière agricole 100% locale « Avec ce produit, je préserve les Ressources de mon territoire »
 
Actions :
· réorganiser la filière agricole de la production (élevage) à la transformation,
- préserver l’environnement (points de captage d’eau)

Les Technologies innovantes

Projet : création de 3 lieux « totems » du Sud Alsace

Objectif principal : expérimenter in vivo la plupart des innovations du PIA 
 
Actions :
- un lieu de recherche et développement : le Biopôle – Colmar, où se concentre d’ores et déjà les principaux laboratoires dans les domaines de l’agriculture et de la culture
- management scientifique transversal de projets jusqu’aux phases de développements, outils pédagogiques agricoles
- un centre de ressources de développements technologiques 4.0, d’agriculture urbaine et d’évolution des pratiques alimentaires :
                    - m2A (ferme urbaine, plateforme d’Intelligence artificielle et de machine learning, réappropriation de son alimentation par le citoyen)
                    - Saint-Louis Agglomération  (ferme urbaine, circuits courts pour davantage de consommation de produits locaux).
- un site expérimental en pleins champs pour tester de nouvelles pratiques, technologies et filières de production (Pays de Thur-Doller)
- utilisation d’un espace agricole et de ses contraintes pour tester de nombreuses innovations du projet TIGA (techniques d’irrigation, nouvelles cultures respectueuses de l’environnement, inclusion sociale, démonstrateur en permaculture…)

Projet : élevage de cônes marins 

Objectif principal : développer des toxines naturelles nouvelles pour l’industrie pharmaceutique, produire des antidouleurs moins dangereux pour la santé
 
Action :
- structurer une filière d’élevage inédite qui nécessite des compétences aquariophiles, vétérinaires et chimiques déjà concentrées sur le territoire

L’Autonomie alimentaire

Projet : les filières innovantes de coopératives céréalières

Objectif principal : se diversifier pour garantir un revenu aux petites et moyennes exploitations agricoles
 
Actions
 :
- Développer la diversification des filières locales (innovantes et compétitives) par l'introduction de nouvelles cultures ou de nouvelles méthodes de culture
- Structurer les filières du champ aux consommateurs

Projet : des circuits courts organisés et professionnalisés

Double objectif :
- Renforcer l’autonomie alimentaire du territoire,
- Privilégier la demande du consommateur/habitant
 
Action :
- Organiser un approvisionnement, une logistique rentable des circuits courts en associant l’ensemble des acteurs concernés : du producteur au distributeur, filiale ou indépendant, petite ou grande structure
- Mettre en réseau du producteur au consommateur, via des interfaces innovantes comme une plateforme numérique ou encore par la construction d’une ferme urbaine pédagogique

L’Agriculture réparatrice

Projet : valorisation de la biomasse (déchets forestiers et agricoles) par voie de pyrolyse rapide

Objectif principal : transformer les déchets en énergie et ressources pour l’industrie, notamment par un nouveau procédé technologique
 
Actions :
- Production d’énergies (gaz, chaleur, électricité, sous-produits comme des bio huiles utilisables pour l’étanchéité des bâtiments) directement utilisables par l’industrie
- Production concomitante, par le même procédé, d’engrais naturels qui enrichissent naturellement les sols (le bio char a la particularité de retenir l’eau, de baisser les besoins en irrigation de 20% et de fixer le carbone dans le sol)

Un PIA, c’est quoi ?

  
Les investissements d’avenir (appelés un temps « grand emprunt ») est un programme d’investissement de l’État français, initié en 2010 et toujours en cours en 2018. Le grand plan d'investissement lancé par Emmanuel Macron est doté de 57 milliards d'euros sur la durée du quinquennat, dont 24 milliards de crédits budgétaires. Les priorités sont la formation professionnelle, la transition écologique et la transformation numérique.

Investissements innovants

Le Programme d'Investissements d'Avenir (PIA), piloté par le commissariat général à l'Investissement, a été mis en place par l'Etat pour financer des investissements innovants et prometteurs sur le territoire, avec un principe de co-financement pour chaque projet. Il s'agit d'instruments financiers (prêts, dotation en capital, intervention de la Caisse des dépôts et consignation, etc...).

Le PIA TIGA, c’est quoi ?

  
L’appel à manifestation d’intérêts de l’action «Territoires d’Innovation de Grande Ambition (TIGA) » du Programme d’investissements d’avenir, est un programme dotée de 450 M€ sur 10 ans, dont 150 M€ de subventions et 300 M€ de fonds propres.

Cette action a pour objectif final de sélectionner et accompagner un nombre limité de territoires d’intérêt national, dans les étapes clés d’un projet de transformation ambitieux et fédérateur, destiné à améliorer la qualité de vie des habitants et d’augmenter la durabilité du territoire.
Elle n’a pas vocation à financer des technologies matures, mais l’innovation mise en conditions réelles.

Les projets doivent être portés par un consortium structuré d’acteurs publics, académiques, scientifiques et économiques, mais également de représentants des citoyens, habitants et usagers du territoire.

Une démarche en 5 étapes

2017

le Commissariat Général à l’Investissement lance un appel national à manifestation d’intérêt de projets innovants.

Novembre 2017

Parmi 117 candidatures déposées, 40 projets sont sélectionnés et peuvent présenter leur démarche lors d’un grand oral à Paris (Caisse de Dépôts) devant un jury de 13 personnes qualifiées.

Janvier 2018

Le Ministère annonce la liste des 24 projets candidats retenus avec 4 dans le Grand Est, dont celui du Sud Alsace. Ces 24 projets bénéficient d’une subvention de 380 000 euros, la Caisse de Dépôts et Consignations permettant de lancer concrètement des études de faisabilité relatives aux projets. Parallèlement, le projet « Champs des possibles, villes du futur » bénéficie également du précieux soutien financier de la Région Grand Est (100 000 euros), des collectivités du territoire Sud-Alsace (210 000 euros) et des entreprises (plus de 400 000 euros, aide complétée par l’apport de compétences techniques). Ces aides permettent dès à présent de s’appuyer sur l’accompagnement d’un cabinet conseil. L’objectif est de préciser les axes d’innovations à explorer, de mettre en place les expérimentations possibles, ainsi que les montages juridiques et financiers adaptés. A terme, un cahier des charges décrira la mise en œuvre opérationnelle des projets composant la démarche.

Novembre 2018

Remise des candidatures (cahier des charges / études)

Fin 2018 - début 2019

La seconde phase d’appel à projets permettra aux 10-12 candidatures retenues de bénéficier d’un appui financier de près de 40 millions d’euros pour déployer l’ensemble des projets sur tout le territoire du Sud Alsace.

Share